5 janvier 2018

minimum solaire (ma théorie)

Filed under: infos externe.,textes — simmarc @ 16 h 16 min

Comment faire disparaître  un pourcentage (X) de la population mondiale sans efforts.

Dans certaines théories du complot, on peut lire que les (Élites) de la planète
veulent réduire la population mondiale. Pourquoi?
C’est peut-être pour mieux contrôler la population, mais peu importe leurs raisons,
une chose à considérer et celle que tous les médias de masse sont contrôlé par l’élite mondiale
et que si un phénomène naturel à venir était porteur de leurs buts tordus.
Il suffirait simplement de ne pas prévenir dans les médias, la population,
d’un phénomène naturel dévastateur à venir.

Une mini ère glaciaire aurait des conséquences catastrophiques pour la population
mais très bénéfiques pour les grosses têtes sans coeur qui nous gouverne
dans l’ombre des premiers ministres et des ministres.

https://www.meteocontact.fr/actualite/l-activite-solaire-en-declin-73092

L’histoire parle d’elle-même.

En regardant les choses qui nous entours avec discernement
et beaucoup de simplicité,  la vie sur terre avec cette ère de froid aura possiblement
d’énormes difficultés et de conséquences pour l’humanité.

Nous aurons tous un rôle à jouer
pour en prendre conscience et s’entre aider si on veut vraiment survivre,
dans le sens de nos valeurs et de tout le savoir acquis
depuis les quelques dernières centaines d’années.

Une bonne partie de l’histoire de la colonisation du Québec se passe
à l’époque du minimum de Maunder.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_du_Québec

Dans ces écrits, on voit qu’a cette époque le climat était très rigoureux ici au Québec.
Et il n’y a pas eu beaucoup d’activités historiques répertoriées entre 1600 et 1700.
On peut comprendre qu’un minimal solaire n’était pas connu dans la culture de l’époque
et que les écrits n’en relatent que la rigueur de l’hiver.

Mini Ice Age, Long Ice Age Glaciation explained

0 Comments

20 décembre 2017

Noël: de Mithra a Jésus

Filed under: infos externe. — simmarc @ 3 h 07 min

Noël
Par Gabriel Racle

En dehors des cercles restreints de spécialistes de l’Antiquité ou de l’histoire des religions, on ne parle guère de Mithra. Et pourtant, Mithra a laissé sa marque dans nos sociétés occidentales, une marque toujours vivante.(cf MITHRA )

Pour comprendre ce dont il s’agit, il faut faire un retour en arrière. Depuis des lustres, le solstice d’hiver a fait l’objet d’une célébration, sous diverses formes selon les cultures. Mais le symbolisme en est toujours le même: le solstice d’hiver marque bien la nuit la plus longue de l’année, mais c’est aussi le moment où les jours commencent à rallonger. Sous différentes interprétations, c’est la victoire de la lumière sur les ténèbres.

Chez les Romains, autour de la date du solstice d’hiver, se déroulaient les Saturnales, une période de réjouissance. Elles célébraient le règne de Saturne, dieu des semailles et de l’agriculture. La fête ne durait d’abord qu’un jour; Auguste ordonna qu’elle se célèbre pendant trois jours, du 17 au 19 décembre; Caligula ajouta un quatrième jour.

Pendant la durée de ces fêtes, les tribunaux et les écoles étaient fermés, on ne pouvait entreprendre une guerre, ni exécuter un criminel et les esclaves bénéficiaient d’une liberté pleine et entière. Les maisons étaient décorées de feuillages et de branchages en l’honneur du dieu de l’agriculture.

Aux Saturnales succédait immédiatement la fête des Sigillaires (sceaux), ainsi appelée parce que sa célébration consistait surtout dans l’envoi que se faisaient les Romains de présents, tels que des cachets, anneaux, et autres petits objets de sculpture.

Les enfants recevaient en cadeau des adultes de petits sceaux et autres babioles. Cette fête des sigillaires donnait lieu à des festins pour lesquels les maisons étaient décorées de plantes vertes. Mais le culte le plus pratiqué alors dans l’Empire romain est celui de Mithra, dont le nom signifie à la fois «ami» et «contrat»; le dieu Mithra est l’ami des hommes, c’est le dieu de la lumière et de la justice, qui veille au respect des alliances et des serments.

Ce culte était très répandu chez les soldats romains qui, de la Perse, le transportent en Italie où il s’implante solidement, à Rome notamment. Les adorateurs de Mithra reconnaissaient une divinité unique, manifestée par la lumière des astres, surtout le Soleil, brillant et invincible, ennemi de la nuit et des démons. Mithra, ange de la lumière, était un serviteur du dieu Ormuzd, la lumière primitive, et l’intercesseur des hommes auprès de lui.

Cette religion était très austère; les initiés étaient soumis à des épreuves, puis «baptisés» par aspersion avec le sang d’un taureau. Les prêtres enseignaient que par la pratique de certains rites de purification et d’abstinence, on pouvait participer à la nature des astres lumineux et immortels.

Le 25 décembre, on célébrait Mithra: c’était la fête du Sol invictus, correspondant à la naissance de ce dieu solaire (Dies Natalis Solis Invicti, jour de naissance du soleil invincible), qui surgissait d’un rocher ou d’une grotte sous la forme d’un enfant nouveau-né.

Le choix du 25 décembre provenait sans doute du calcul du nouveau calendrier julien (imposé par Jules César) fixant le solstice d’hiver à cette date erronée. Le culte prend une telle ampleur qu’en 274, l’empereur Aurélien le déclare religion d’État.

Le christianisme, qui commence alors à se répandre, se trouve en concurrence avec ces fêtes «païennes». Comment contrer ce culte qui le menace? Par la mise en œuvre d’un subtil syncrétisme pour assimiler la naissance du Christ au retour de l’astre solaire, au Sol invictus, en s’insérant ainsi dans une tradition déjà existante.

«Ce choix semble avoir été imposé aux chrétiens par l’impossibilité dans laquelle ils se trouvaient, soit de supprimer une coutume aussi ancienne, soit d’empêcher le peuple d’identifier la naissance de Jésus à celle du Soleil», d’expliquer Arthur Weigall dans Survivances païennes dans le monde chrétien (Paris, Payot). En 354, le pape Libère désigne officiellement le 25 décembre comme fête de la naissance du Christ, devenue Noël en français vers 1112, par évolution de l’ancien français nael, du latin natalis (dies), soit «le jour de la naissance».

Auparavant, on ignorait cette célébration, instituée pour contrer le culte de Mithra. Plusieurs dates avaient été avancées pour la naissance du Christ: le 6 janvier, le 28 mars, le 19 avril ou le 29 mai. Certaines sectes avaient choisi le 6 janvier, qui correspond aux épiphanies de Dionysos et d’Osiris – deux divinités de la végétation qui, comme le Christ, meurent et ressuscitent – et à la sortie du soleil dans la constellation de la Vierge, moment important pour les astrologues de l’Antiquité.

Aux IIIe et IVe siècles, c’est le 6 janvier, qui voit «l’épiphanie», c’est-à-dire la «manifestation» du Christ, date à laquelle l’Orient chrétien célèbre sa naissance.

Ainsi la tradition des cadeaux, des décorations, des bons repas associés aux fêtes de fin d’année a de lointaines origines et si Noël se célèbre le 25 décembre, c’est à Mithra que nous le devons. L’histoire est une continuité. (La tradition du sapin de Noël est plus récente et donne lieu à diverses hypothèses, dont l’une la fait remonter au XVIe siècle, en Alsace.)

Noël et le Mithraïsme

Source :http://antahkarana.forumzen.com/t18p90-les-dieux-et-les-deesses

0 Comments

6 décembre 2017

Automne 2017 Québec Canada

Filed under: photo — simmarc @ 15 h 44 min

Clic sur la photo pour la voir grand format.

Automne 2017

Clic sur la photo pour la voir grand format.

Automne 2017

Clic sur la photo pour la voir grand format.

Automne 2017

Clic sur la photo pour la voir grand format.

Automne 2017

Clic sur la photo pour la voir grand format.

Automne 2017

 

0 Comments

3 décembre 2017

L’eau forme une image

Filed under: photo,textes — simmarc @ 17 h 01 min

 

L’eau forme une image,
la goutte est sur une plage,
mais sur le sable chaud elle s’évapore aussi tôt.

Incarné dans un corps comme un conducteur ivre,
souillé d’illusions,
sur un balcon,
déjà en prison.

souillé d’illusions,
incarner son corps.
L’eau forme une image,
la goutte est une cage.

 

Simmarc

Le mouvement infini,
le souffle éternel,
l’envie de vie,
le mouvement éternel,
le souffle de vie,
l’envie d’infini.

0 Comments

27 novembre 2017

Le monde en distorsion

Filed under: textes — simmarc @ 16 h 03 min

Mercredi 27 sept 2017

Depuis longtemps, le hamster dans ma tête tourne en rond.
Je cherche une manière de m’adapter à ce monde, ce système,
cette société qui perd de plus en plus son humanité.
Si, il y a 10 ans c’était difficile, aujourd’hui, c’est presque impossible.
J’en perds mes sens, mes repères, ma motivation.
Mon intérêt pour ce monde est perdu.

Les plus gros problèmes de notes société sont: l’argent, les techniques,
la désinformation médiatique et le fait que ceux qui nous gouvernent
nous font la morale comme des enfants de maternelle et nous prennent tous
pour des imbéciles, créent ainsi une société désinformée physiologiquement,
qui ne fait pas d’efforts pour bien s’informer à propos de leur santé
physique et psychologique, autant pour eux que pour les autres.

Mais si toi tu t’informes, ils vont t’exclure de leurs groupes
où te forcé à vivre et penser comme eux.
C’est comme ça dans tous les genres de groupe sociaux.
Le système de santé et services sociaux, les organismes sociaux,
les gouvernements, les compagnies…
Tout le monde ou presque est malade mais ne le sait pas,
même les spécialistes, les ministres ou qui que ce soit, aucune différence,
tous ces gens qui réussissent à s’adapter à notre société malade,
peuvent devenir riches en argent mais sont pauvres spirituellement.

La vie dans ce monde ici-bas est truqué, inversé.
Les valeurs morales et l’âme humaine sont perdues,
il n’y a plus de but noble. La spontanéité, l’imagination,
l’entraide(la vraie entraide) l’espoir d’un monde meilleur sont perdus.
Parce que ce monde, cette société, cette humanité se dirige droit dans la gueule du loup.

Quand le trans-humanisme nous proposera l’éternité, l’humanité sera définitivement perdue.

Le constat, notre monde est en distorsion est la majorité d’individus aime ipnotiquement ça…

Simmarc

0 Comments

24 novembre 2016

A regarder le ciel

Filed under: musique,photo — simmarc @ 7 h 10 min

Un commentaire

14 novembre 2016

Seconde de vie

Filed under: musique — simmarc @ 9 h 22 min

Chanson originale. Auteur compositeur interprète: Simmarc

SECONDE DE VIE

La vie est comme une fleur qui grandit
Chaque seconde de sa vie
Le vent lui soufflera sur la corolle
Pour lui montrer que c’est la vie

la vie est comme un fleuve qui s’oublie
Dans l’océan de notre vie
Comme un oiseau qui passe sous une étoile
Sur une note qui s’oublie

la vie est un vent qui passe
Comme une plaie qui laisse une trace
Sur une fleur qui grandit
Chaque seconde de sa vie

L’ennui est une fleur qui s’oublie
Sur une note de sa vie
L’oiseau lui passera sous cette étoile
Pour lui rappeler que c’est la vie

l’ennui est comme l’eau qui passe
Sur une terre laisse une trace
Comme un grand fleuve qui s’oublie
Sur une note de sa vie
dans l’océan de notre vie
pour nous montrer que c’est la vie
chaque seconde.

(C)Simmarc

0 Comments

28 octobre 2016

Humains

Filed under: textes — simmarc @ 19 h 54 min

Sur cette terre, belle et confortable. Nous, les humains,
prenons pour acquis que nous sommes les seuls maîtres de notre vie.

terre1

Mais qui dirige vraiment nos sociétés?.
Les gouvernements? Les bandes criminels ou sociétés secrètes?
La télévision? Les marchés boursiers? Les religions?
ou les extraterrestres?

Non non non.!.!. En fait, peut-être un peut de tout, 😉

Que ce soit un groupe d’illuminés, porteur de lumière sombre,
essayant de détruire toutes nos valeurs en nous divisant
pour faire régner la peur et crée une solution lucrative pour nous siphonner,
et/ou la stupidité qu’apporte le pouvoir et L’argent.
Le fait est, que nous devons tous prendre conscience
que partout autour de nous, on nous manipulent
pour nous vider de notre énergie, pour voler notre temps,
et le temps c’est aussi de l’amour, c’est notre liberté
physique et intellectuel.

Parce que nous sommes tous unique, nous pensons tous différemment.
Pour être conscient de la réalité, nous devons chacun d’entre nous
avoir notre propre opinion sur tous les sujets que nous connaissons
et user la compassion pour rester saint.

Simmarc

0 Comments

27 octobre 2016

OTOMY

Filed under: textes — simmarc @ 11 h 47 min

Otomy est né dans une ville de banlieue, de parents ordinaires et il vivait normalement.
Il était curieux et voyait toujours quelque chose a comprendre de la vie,
une fourmi comment ça marche!?

Un jour où il était assis sur le banc d’une église et regardait la représentation d’un être
qui se meurt sur une croix, il se demandait, pourquoi?
– Ce n’est pas étrange, prier devant un mourant en plâtre.
Et il regardait les gens autour, puis, une porte s’est ouverte dans son esprit.
-il y a quelque chose de pas réel dans cette église; ;
-et ce quelque chose est vraisemblablement vénéré.

Otomy se disait qu’il n’était maintenant pas comme les autres,
il ne voulait pas entendre une copie de répétition infinie de sermons
sans vrai but, que celui de trouver des pseudos réponses a la souffrance des êtres.
Il continua son chemin de vie sans trop y penser, jusqu’au jour, où,
un événement marquant s’est produit et son esprit fut emporté
pendant quelques secondes dans ce lieu ou l’événement se déroulait.
Lorsqu’il put se déplacer pour vérifier le lieu, il fut stupéfait de découvrir
l’endroit identique à son voyage, qui lui semblait maintenant extrêmement mystérieux.

Il fut vite intéressé par les sciences, surtout astrophysique,
mais ayant une perception différente de la réalité,
il ne savait pas très bien s’intégrer dans un sens social.
Il était plutôt solitaire, à chercher des choses à comprendre.
Il avait oublié toutes ces expériences du passé qui lui avait ouvert l’esprit,
mais avait toujours une ouverture d’esprit.

Un jour, alors qu’il cherchait dans l’esprit, comment la pensée fonctionne,
sa conscience fut projetée dans le vide où un simple fil de lumière lui donnait un repère.
Le vide est devenu le cosmos. Ce vide qu’il trainait avec lui
depuis l’ouverture de sa conscience dans l’église,
fut envahi instantanément par le cosmos.
Il pouvait maintenant trouver des réponses à ses questions.
Il changea alors son chemin de vie, sachant maintenant qu’il n’existait pas par hasard.
Il comprit que la vie ne s’arrêtait pas à ce qu’il voyait de ses yeux.
Tout avait un sens.

Mais dans un monde où les connaissances sont acceptées que si
elles ont été apprises par quelqu’un d’autre,
les idées d’Otomy furent relativement rejetés par son entourage.
Il réalisa qu’il avait encore des questions sans réponses.
Et la grande question maintenant était, quel est son lien avec les autres?
Il se dit que la réponse se trouvait peut-être au bout du fil lumineux
qui était son repère dans le vide cosmique. Mais comment retrouver ce fil?
il se sentait trop lourd pour y arriver et prit l’initiative de
débarrasser son corps de sa lourdeur en s’alimentant autrement,
jusqu’au jour ou, dans sa conscience calme et tranquille,
il reprit contact avec le fil de lumière.

Emporté par sa passion de l’instant,
sa conscience fut aspirée par le fil lumineux
qui la propulsa jusqu’à sa source.
Et la Quoi??
la source est une étincelle!!
Quoi?
Le bonheur l’envahit entièrement a la vue de ce spectacle.
En regardant la direction opposé à l’étincelle il vit,
des centaines de milliers de millions de milliards de fils lumineux.
À l’extrémité de chaque brin de lumière une conscience.
mais chaque brin n’était pas à la même distance de la source.
Certaines consciences laissaient passer le brin lumineux
et d’autres lui bloquaient le chemin.
les consciences qui obstruaient le rayon de l’étincelle devenaient les victimes
d’un reflux que la lumière provoquait en eux, qu’ils peuvent nommer émotion.

  

etince10

  

Alors là, Otomy comprit son lien avec les autres.
-Nous sommes tous de la même source, peu importe la matière qu’elle incarne,
si la vie sait quelle vie, c’est la conscience qui en rend compte,
et c’est cette même conscience qui laisse passer ou pas le fil lumineux,
mais les consciences qui lui bloquent le chemin l’accusent de leurs malheurs.
Parce-qu’ils croient que c’est en regardant et en priant une statue de plâtre,
ou un être extérieur que la lumière de l’étincelle passera à travers eux.

Otomy comprenait maintenant qu’il ne pouvait rien dire ou faire à la place des autres.
Ils sont tous conscient de leur vie, mais la vivent par procuration sur leurs malheurs
qu’ils projettent aux autres en se disant victime de la vie elle-même.

Mais lui-même qui vivait la solitude, s’en plaignait.
Alors, il s’est souvenu du moment dans l’église ou sa conscience s’est ouverte,
où il s’était dit, différend des autres. Il était victime de sa propre programmation.

Aujourd’hui, Otomy prend l’initiative de déprogrammer sa différence dans son subconscient
et il remercie tous ces consciences autour de lui, de leurs intégrités.
Ce qui a motivé son intérêt pour la recherche de la source.

Simmarc

Un commentaire

13 juillet 2016

Inspiration sur la Semaine.

Filed under: textes — simmarc @ 12 h 15 min
Le Vendredi est un jour bon 
qui se transforme en soir sombre pour ma conscience.
Vivement le Samedi matin et très tôt, 
parce-que après 9 ou 10h, les idées noirs et l'impuissance
de ma personne vont ralentir ma joie de vivre jusqu'au soir.
Le Dimanche, 
la simplicité de ce jour me donne la possibilité d'être en paix. 
La température en fait une journée parfaite si elle est fraîche et clair. 
Mais arrive le soir et l'ombre du Lundi avec sa complexité 
et le système qui recommence a tourner 
font que ce jour se termine dans la nostalgie du matin.
Et ça recommence... 
Le Lundi matin ouvre une parenthèse 
et tout les problèmes de ma vie s'y insères aléatoirement 
dans un ordre boiteux qui se dit structuré et organisé, 
le système impose ses lois et la soumission, 
l'abandon et l'exclusion de tout ce qui me fait sentir bien. 
Le maître absolu, la pseudo démocratie froide et inhumaine 
manipule la pensée globale et la majorité du bétail humain
obéit soumis et diverti de télé et de relations superficiels, 
travail pour des rêves et pour nourrir ce système.
Et tout le reste de la semaine se poursuit ainsi, 
elle se contracte jusqu'au Jeudi soir, qui ferme la parenthèse.

Et revient le Vendredi, celui d’aujourd’hui, un peut long, pénible, seule mais libre.
Cette journée va se terminé bientôt et ce sera Samedi, celui de demain, ce jour que je ne connais pas.

0 Comments