5 janvier 2018

minimum solaire (ma théorie)

Filed under: infos externe.,textes — simmarc @ 16 h 16 min

Comment faire disparaître  un pourcentage (X) de la population mondiale sans efforts.

Dans certaines théories du complot, on peut lire que les (Élites) de la planète
veulent réduire la population mondiale. Pourquoi?
C’est peut-être pour mieux contrôler la population, mais peu importe leurs raisons,
une chose à considérer et celle que tous les médias de masse sont contrôlé par l’élite mondiale
et que si un phénomène naturel à venir était porteur de leurs buts tordus.
Il suffirait simplement de ne pas prévenir dans les médias, la population,
d’un phénomène naturel dévastateur à venir.

Une mini ère glaciaire aurait des conséquences catastrophiques pour la population
mais très bénéfiques pour les grosses têtes sans coeur qui nous gouverne
dans l’ombre des premiers ministres et des ministres.

https://www.meteocontact.fr/actualite/l-activite-solaire-en-declin-73092

L’histoire parle d’elle-même.

En regardant les choses qui nous entours avec discernement
et beaucoup de simplicité,  la vie sur terre avec cette ère de froid aura possiblement
d’énormes difficultés et de conséquences pour l’humanité.

Nous aurons tous un rôle à jouer
pour en prendre conscience et s’entre aider si on veut vraiment survivre,
dans le sens de nos valeurs et de tout le savoir acquis
depuis les quelques dernières centaines d’années.

Une bonne partie de l’histoire de la colonisation du Québec se passe
à l’époque du minimum de Maunder.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_du_Québec

Dans ces écrits, on voit qu’a cette époque le climat était très rigoureux ici au Québec.
Et il n’y a pas eu beaucoup d’activités historiques répertoriées entre 1600 et 1700.
On peut comprendre qu’un minimal solaire n’était pas connu dans la culture de l’époque
et que les écrits n’en relatent que la rigueur de l’hiver.

Mini Ice Age, Long Ice Age Glaciation explained

0 Comments

20 décembre 2017

Noël: de Mithra a Jésus

Filed under: infos externe. — simmarc @ 3 h 07 min

Noël
Par Gabriel Racle

En dehors des cercles restreints de spécialistes de l’Antiquité ou de l’histoire des religions, on ne parle guère de Mithra. Et pourtant, Mithra a laissé sa marque dans nos sociétés occidentales, une marque toujours vivante.(cf MITHRA )

Pour comprendre ce dont il s’agit, il faut faire un retour en arrière. Depuis des lustres, le solstice d’hiver a fait l’objet d’une célébration, sous diverses formes selon les cultures. Mais le symbolisme en est toujours le même: le solstice d’hiver marque bien la nuit la plus longue de l’année, mais c’est aussi le moment où les jours commencent à rallonger. Sous différentes interprétations, c’est la victoire de la lumière sur les ténèbres.

Chez les Romains, autour de la date du solstice d’hiver, se déroulaient les Saturnales, une période de réjouissance. Elles célébraient le règne de Saturne, dieu des semailles et de l’agriculture. La fête ne durait d’abord qu’un jour; Auguste ordonna qu’elle se célèbre pendant trois jours, du 17 au 19 décembre; Caligula ajouta un quatrième jour.

Pendant la durée de ces fêtes, les tribunaux et les écoles étaient fermés, on ne pouvait entreprendre une guerre, ni exécuter un criminel et les esclaves bénéficiaient d’une liberté pleine et entière. Les maisons étaient décorées de feuillages et de branchages en l’honneur du dieu de l’agriculture.

Aux Saturnales succédait immédiatement la fête des Sigillaires (sceaux), ainsi appelée parce que sa célébration consistait surtout dans l’envoi que se faisaient les Romains de présents, tels que des cachets, anneaux, et autres petits objets de sculpture.

Les enfants recevaient en cadeau des adultes de petits sceaux et autres babioles. Cette fête des sigillaires donnait lieu à des festins pour lesquels les maisons étaient décorées de plantes vertes. Mais le culte le plus pratiqué alors dans l’Empire romain est celui de Mithra, dont le nom signifie à la fois «ami» et «contrat»; le dieu Mithra est l’ami des hommes, c’est le dieu de la lumière et de la justice, qui veille au respect des alliances et des serments.

Ce culte était très répandu chez les soldats romains qui, de la Perse, le transportent en Italie où il s’implante solidement, à Rome notamment. Les adorateurs de Mithra reconnaissaient une divinité unique, manifestée par la lumière des astres, surtout le Soleil, brillant et invincible, ennemi de la nuit et des démons. Mithra, ange de la lumière, était un serviteur du dieu Ormuzd, la lumière primitive, et l’intercesseur des hommes auprès de lui.

Cette religion était très austère; les initiés étaient soumis à des épreuves, puis «baptisés» par aspersion avec le sang d’un taureau. Les prêtres enseignaient que par la pratique de certains rites de purification et d’abstinence, on pouvait participer à la nature des astres lumineux et immortels.

Le 25 décembre, on célébrait Mithra: c’était la fête du Sol invictus, correspondant à la naissance de ce dieu solaire (Dies Natalis Solis Invicti, jour de naissance du soleil invincible), qui surgissait d’un rocher ou d’une grotte sous la forme d’un enfant nouveau-né.

Le choix du 25 décembre provenait sans doute du calcul du nouveau calendrier julien (imposé par Jules César) fixant le solstice d’hiver à cette date erronée. Le culte prend une telle ampleur qu’en 274, l’empereur Aurélien le déclare religion d’État.

Le christianisme, qui commence alors à se répandre, se trouve en concurrence avec ces fêtes «païennes». Comment contrer ce culte qui le menace? Par la mise en œuvre d’un subtil syncrétisme pour assimiler la naissance du Christ au retour de l’astre solaire, au Sol invictus, en s’insérant ainsi dans une tradition déjà existante.

«Ce choix semble avoir été imposé aux chrétiens par l’impossibilité dans laquelle ils se trouvaient, soit de supprimer une coutume aussi ancienne, soit d’empêcher le peuple d’identifier la naissance de Jésus à celle du Soleil», d’expliquer Arthur Weigall dans Survivances païennes dans le monde chrétien (Paris, Payot). En 354, le pape Libère désigne officiellement le 25 décembre comme fête de la naissance du Christ, devenue Noël en français vers 1112, par évolution de l’ancien français nael, du latin natalis (dies), soit «le jour de la naissance».

Auparavant, on ignorait cette célébration, instituée pour contrer le culte de Mithra. Plusieurs dates avaient été avancées pour la naissance du Christ: le 6 janvier, le 28 mars, le 19 avril ou le 29 mai. Certaines sectes avaient choisi le 6 janvier, qui correspond aux épiphanies de Dionysos et d’Osiris – deux divinités de la végétation qui, comme le Christ, meurent et ressuscitent – et à la sortie du soleil dans la constellation de la Vierge, moment important pour les astrologues de l’Antiquité.

Aux IIIe et IVe siècles, c’est le 6 janvier, qui voit «l’épiphanie», c’est-à-dire la «manifestation» du Christ, date à laquelle l’Orient chrétien célèbre sa naissance.

Ainsi la tradition des cadeaux, des décorations, des bons repas associés aux fêtes de fin d’année a de lointaines origines et si Noël se célèbre le 25 décembre, c’est à Mithra que nous le devons. L’histoire est une continuité. (La tradition du sapin de Noël est plus récente et donne lieu à diverses hypothèses, dont l’une la fait remonter au XVIe siècle, en Alsace.)

Noël et le Mithraïsme

Source :http://antahkarana.forumzen.com/t18p90-les-dieux-et-les-deesses

0 Comments

28 février 2016

Message du 4ième Singe.

Filed under: infos externe. — simmarc @ 10 h 45 min


0 Comments

17 septembre 2013

Parfum D’Amour (Agathe Bernier)

Filed under: infos externe.,textes — simmarc @ 20 h 01 min

Extrait du livre (parfum d’Amour. par Agathe Bernier)

Voyage au Pays du village Coeur

C’est une région difficile d’accès dont les montagnes escarpés,
les cratères, les gouffres et les marécages de sables mouvants gardent
jalousement la frontière. Au début des temps, ce village fut le berceau
de la civilisation des Lumens. Tout ce qui vivait sur terre était alimenté
par une énergie bien spéciale que l’on nomme Amour.
Le Dieu créateur de la planète de Lumen et de la vibration Amour
avait donné des ordres bien précis aux premiers spécimens de sa création.
Il avait demandé aux Lumens, dont le nom signifie « lumière », de diffuser
l’Amour qu’il leur laissait en héritage et de la faire prospérer.

Ils apprirent qu’ils étaient tous solidaires les uns des autres.
Les minéraux, les végétaux et les animaux se joignirent aux Lumens
pour distribuer et développer l’Amour. Les quatres éléments: la terre,
l’eau, le feu et l’air étaient les témoins fidèles de cette harmonie
magnifique.

En ces temps-là, le village irradiait de joie, d’abondance et de paix.
La vie se déroulait au rythme du coeur.

Comme le mouvement avait été créé en même temps que la planète qui devait
lui servire de laboratoire, les « rayons de lumière » décidèrent
de vivre l’expérience. Comme ils étaient occupés a connaître, à
expérimenter, à posséber et à bouger, ils ne sentirent bientôt plus
brûler en eux la flamme de l’Amour. Les Lumens oublièrent progressivement
l’Amour pour se dévouer entièrement aux transformations qu’ils
pouvaient vivre désormais.

Puis insidieusement, l’anarchie s’installa. Le désordre, la désolation,
la misère, la soumission et l’esclavage firent leur apparition. Plusieurs êtres
essayèrent de déloger le petite flamme qu’ils sentaient briller
au fond d’eux. Ils décidèrent de devenir indifférents à l’amour universel.
Tour a tour, une race de contrôleurs, une race de dominateurs, une race
de soumis et d’esclaves virent le jour. Certains apprirent à
utiliser l’Amour pour asservir les femelles reproductrices des Lumens.

Au fil du temps, les corps des Lumens subirent de grande transformations.
De lumière pur qu’ils étaient à l’origine, ils devirent épais, denses et ils
eurent de plus en plus de mal à se déplacer. Ils perdirent peu à peu
leur luminosité et ils devinrent des « êtres humains » privée d’amour,
la nouvelle race se dessécha, se flétrit et expérimenta la mort.
Les « êtres humains » devinrent rationnels, cérébraux, logiques et analytiques.

Les contrôleurs se crurent les plus forts. En expérimentant la
possessivité, ils devinrent des robots aux mains de la race des dominateurs.
Petit à petit, les coeurs étaient désertés et l’amour annihilé.

Un jour, l’être humain vêtu de son manteau d’orgueil, ordonna au Coeur
de se taire et a l’amour de s’exiler. L’être humain s’était proclamé maître
de la terre et jugeait l’Amour nuisible à son avancement. Il le chassa sous
prétexte que celui-ci l’obligeait à être bon, équitable et généreux.
Il eu peur de sa présence et de son influence.

La peur s’installa au creux de l’âme et y fit de profonds ravages.
La race des dominateurs se servait adroitement de ce sentiment pour
faire ramper la race des soumis et se hisser au rang de maîtres de la planète.
Le règne de la domination par la peur était advenu sur terre.
Un régime de terreur alimenté par des guerres, des massacres, des pillages
et des viols s’instaura.

 

Pour l’intégrale du contenu de ce livre, Lire PARFUM D’AMOUR par Agathe Bernier.

parfum_damour

0 Comments

6 décembre 2012

Les nombres nous « parlent-ils » de 2012 ?

Filed under: infos externe.,textes — simmarc @ 5 h 18 min

Pour la « petite histoire », la fréquence de 13 Hz est la plus habituelle chez les dauphins (même longtemps avant 1987).  Certaines personnes estiment que les dauphins sont plus intelligents que les humains. Au niveau des ondes cérébrales, nous pouvons effectivement en déduire qu’ils sont plus « éveillés » (conscients) que nous (peut-être qu’avec la montée de la fréquence de Schumann, l’être humain est en train de rattraper une partie de son retard ?).

2) Évolution de conscience en fonction de la fréquence du cerveau

Les ondes cérébrales sont découpées en 5 catégories distinctes en fonction de leur fréquence. Et dans le tableau nous voyons que les premières (Delta) se retrouvent principalement chez les bébés, les secondes, chez les adolescents, puis adulte, Si nous regardons l’état auquel se réfèrent ces ondes, nous voyons aussi que les premières (Théta) concernent un sommeil profond, les secondes, un sommeil léger, etc… jusqu’à une pleine conscience.

Avec une fréquence de 8Hz, l’être humain était au début de son réveil mais encore un peu endormi. Avec une fréquence de 13 Hz et au delà, il devient actif et « bien réveillé ».

Par: infomysteres, suite et source: http://antahkarana.forumzen.com/t2844-les-nombres-nous-parlent-ils-de-2012

0 Comments