7 avril 2012

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Filed under: textes — simmarc @ 7 h 08 min

La chaleur dilate, c’est pour cette raison que en été le jour ralonge. 🙂

La chaleur et l’amour sont liés à notre nature supérieure.

0 Comments

1 avril 2012

Soleil Philo

Filed under: textes — simmarc @ 9 h 43 min

On dit communément que le silence est d’Or.
Où donc était le verbe au commencement ?

Les mots créent nôtre réalité. Notre silence, quant à lui,
laisse l’autre la créer. Ainsi, si le verbe est d’Or,
son nombre de carats, sa valeur, dépend de l’intention.
Une différence entre les mots et le silence, c’est que
ce que l’on profère peut être destructeur, pour soi, pour les autres.
Alors que le silence, forme passive de communication,
ne fait rien, ne nuit à personne, mais ne fait rien bouger.
Un lieu existe, pourtant, entre les deux: la conscience.
Celle-ci est au centre. Elle utilise le silence pour laisser
naître, par le verbe, une action juste et divine.

Imaginons que notre système de pensée fonctionne comme le cosmos.
Il a une connexion direct avec le centre galactique.
Tous les corps célestes de la galaxie sont connectés
avec le centre, par les pôles magnétiques. Tout est en mouvement.
C’est le mouvement qui fait que toute existe. Sans lui,
la matière serait juste poussière, dispersée. D’ailleurs,
la poussière, elle même, n’existerait pas. A l’image du cosmos,
la pensée créé de l’énergie, et l’énergie donne naissance au mouvement.
En conséquence,  je suis une pensée de l’univers.

Je suis une pensée de l'univers
Simmarc Photo

En d’autres termes, si nous comparons le cœur au soleil,
créer avec le cœur change tout. Dans cette optique, le cœur
ne serait plus réduit à un organe physique, solitaire,
il deviendrait collectif, à l’image du système solaire.
Partant de ce postulat : le cœur est le soleil, au centre,
les idées évoluent, tels des planètes satellitaires.
Concrètement, si les planètes ne suivaient plus le soleil,
tout s’en trouverait perturbé. Leur rotation, le risque de collision,
pourrait les mener à se perdre, disparaître. L’individu est
un système solaire qui tourne autour d’un trou noir, un collectif.
C’est la l’unité que l’humanité doit atteindre, c’est cela
un saut quantique. Parce que la matière est en extension,
mais la conscience collective est en rétention, maintenue dans
l’ombre depuis longtemps, dans la matière, engluée dans une
petitesse inculquée par un système de croyances, elles mêmes
imposées par l’élite terrestre pour diriger le monde,
avec ses manières, sans penser au collectif.

Il y a plusieurs façon de concevoir la vie qui nous entoure.
Le mal, trouve son origine dans la volonté, à tout prix,
d’imposer son mode en ignorant celle de l’autre. Et c’est très subtil,
on peut le faire inconsciemment, sous une infinité de formes.
C’est ce que toutes les religions veulent nous faire comprendre,
mais en nous laissant croire a nôtre petitesse humaine.
« L’enfer est pavé de bonnes intentions »,dit-on.
Le paradoxe est qu’il faut être capable de tout concevoir par soi même,
en laissant l’autre concevoir par lui même, en adaptant sa conception
a celle des autres. Le but est d’atteindre l’harmonie,
parce que nous sommes un collectif.

Quand, dans une religion, le soleil est extérieur a l’individu,
il se nomme: prophète, messie. Ici, le saut quantique revient à saisir
que le soleil est intérieur, que les pensées doivent tourner autour
du soleil intérieur. Sans oublier qu’il fait partie d’un tout:
notre collectif, le cœur de la galaxie. Le saut quantique,
soit passer de la conscience de l’individu a celle du collectif.

C’est ma façon de le concevoir, et ça me fait plaisir de le
partager.

Vive le cosmos..

Simmarc

(correction: Ingrid Santos.)

Un commentaire

26 février 2012

en test

Filed under: musique,photo,textes — simmarc @ 12 h 43 min

ce site est en construction

0 Comments

Paulo Coelho

Filed under: textes — simmarc @ 12 h 21 min

Extrait: MANUEL DU GUERRIER DE LA LUMIÈRE

Il se concentre sur les petits miracles de la vie quotidienne.


S`il est capable de voir ce qui est beau, c`est qu`il porte


en lui la beauté – puisque le monde est le miroire de son


propre visage. Bien qu`il connaisse ses défauts et ses limites,


il fait son possible pour conserver sa bonne humeure dans


les moments de crise. En fin de compte, le monde s`efforce


de l`aider, même si tout, alentour, semble dire le contraire.

2 Comments